Un article

Sept élèves du lycée Pierre Brossolette au festival d’Avignon 2013

Publié le 28 mars 2015 à 15:14

Sélectionnés dans le cadre de l’opération organisée par la région Rhône-Alpes, sept élèves de l’atelier Théâtre du lycée Pierre Brossolette ont vécu de grands moments au Festival d’Avignon entre le 9 et le 13 Juillet 2013 accompagnés par Véronique Stacchetti, enseignante responsable de l’atelier Théâtre.
Au mois de Juin, alors que les élèves de Terminale de l’atelier Théâtre avaient déjà présenté leur épreuve de validation pour le baccalauréat et se concentraient sur leurs épreuves écrites, les élèves de Seconde et de Première de l’atelier, s’étaient rendus, à l’invitation de la région Rhône-Alpes à la MC2 de Grenoble pour rencontrer les 30 lycéens de Rhône-Alpes participant à l’opération et pour entendre exposer l’évènement phare du Festival, la représentation de la pièce « Par les villages » de Peter Handke, mise en scène par Stanilas Nordey. La rencontre avec les comédiens, le metteur en scène, les assistants et la représentation d’un extrait à la MC2 annonçait des perspectives prometteuses.

Le séjour, sur le plan pratique, aux mains des animateurs militants des CEMEA (d’Entraînement aux Méthodes d’Education Active) a été une découverte pour les élèves qui ont rempli leurs engagements de ponctualité, de tenue des chambres et de partage des repas dans un cadre agréable. Nous étions installés à l’école primaire Petit Mistral en plein centre d’Avignon dont les salles de classe étaient transformées en dortoir, prenions nos repas dans la cour de l’école et débattions des projets de spectacle ou nous adonnions à des critiques sur les spectacles vus. Dans cette grande cour d’école, à l’abri des platanes, la bonne humeur des lycéens et des lycéennes allait bon train et n’a jamais perturbé les bavardages des cigales.

Deux spectacles du festival « in », le grand festival, étaient réservés et offerts par la région : « par les villages » de Peter Handke, mis en scène par Stanilas Nordey joué dans Cour d’honneur du Palais des Papes pendant quatre heures, une performance pour les lycéens attentifs, impliqués, observateurs. Deux jours plus tard, le deuxième spectacle du « in », « Logobi 05 » écrit par Monika Ginterdorfer et Knut Klassen. Commentaires, échanges ou silences à la sortie.

L’accueil sur la péniche de la Région Rhône-Alpes, la Loupika, amarrée à quelques minutes du centre d’Avignon, la rencontre avec le Président Jean-Jack Queyranne, les spectacles, l’hébergement, les visites, les déambulations libres, ont fait de ces cinq journées un temps hors du commun des lycéens qui ont été impliqués à plusieurs niveaux et ont su prendre leur place à tout moment.

Quatre spectacles du festival « off » (on découvre l’ampleur du festival « off » qui représente l’équivalent du bottin de Lyon du temps des annuaires téléphoniques). Nous avons choisi dans cette gigantesque offre, trois spectacles offerts par la région Rhône-Alpes. On découvre lors de ce festival la richesse théâtrale de notre région. Il existe un nombre impressionnant de compagnies en résidence en Rhône-Alpes. « A demain » mis en scène par la Compagnie grenobloise « Les Voisins du Dessous » a fait l’unanimité parmi les bons moments partagés. « Sylvie » de Gérard de Nerval nous a agréablement surpris.

Le festival d’Avignon, lorsqu’on s’y rend pour la première fois, c’est beaucoup plus que des représentations théâtrales, c’est une ambiance qui absorbe toute la ville qui vit pleinement son mois de Juillet. Et on se laisse emporter par le mouvement. Imaginez des rues pleines de jeunes filles et de jeunes gens en costumes qui viennent vers vous pour vous donner envie de venir les voir jouer. On danse, on chante, on crie dans la rue, on rivalise d’imagination pour vous tendre des invitations de format carte postale que vous ne pouvez qu’accepter. Au pire, ils finiront en marque-page dans une de vos lectures de l’année. Imaginez des murs remplis d’affiches colorées, attirantes. Et on n’est jamais fatigué. De 9 heures du matin à 1 heure du matin la nuit suivante, on passe de discussions en discussions et on part au spectacle, on ressort manger une glace ou on déambule dans les rues piétonnes remplies de promeneurs qui comme vous profitent de ces douces soirées de Juillet.
Les élèves du lycée Pierre Brossolette étaient attentifs, critiques, ouverts et ravis de partager ces moments avec les lycéens de Rhône-Alpes. A l’âge du lycée, on noue vite des relations amicales parce qu’on est curieux. Le moment du départ est arrivé bien trop vite mais nos élèves ont gardé leur sobriété et leur enthousiasme jusqu’à la dernière minute.
Merci à Justine, Orane, Louis, Eleonore C, Pauline, Eleonore M, Esther pour leur implication, leur attitude dont on entendait que des éloges, pour ces moments partagés.

Véronique Stacchetti

Page 1 / 1

haut de page