Sortie BTS CG1 & CG2 aux JECO

Catégories : Actu Brossolette, Actu Sorties

Les étudiants de BTS CG1 & CG2 ont assisté à une conférence aux Journées de l'Économie à la salle Molière de Lyon sur le thème : Les différents visages de l'entreprise aujourd'hui et demain ?

Les différents intervenants étaient les suivants :

Franck Aggeri Professeur de management à MINES ParisTech - PSL Research University et chercheur au CGS, institut interdisciplinaire de l'innovation (i3)
Didier Bruno Membre du directoire en charge de la Banque du Développement Régional à la Caisse d’Epargne Rhône Alpes
Jean-Pierre Corniou Sia Partners, ENA
Jean Philippe Denis Professeur à l'université Paris Sud / Saclay
Olivier Passet Directeur des synthèses économiques, Xerfi
Julien Pillot Directeur des synthèses stratégiques, Xerfi
Philippe Silberzahn EMLYON Business School, École Polytechnique
Modérateur : Vincent Giret Le Monde

La conférence portait sur les éléments suivants :

L’entreprise est un acteur économique à la fois central et très partiellement appréhendé par les économistes : une fonction objectif, un noeud de contrats sans véritable épaisseur institutionnelle. De leur côté, les politiques pressentent que le concept d’entreprise 2.0 devient une figure cruciale et incontournable de l’économie d’aujourd’hui et de demain, sans véritablement maîtriser l’objet dont ils se sont emparés. Nous essaierons dans cette session de nous interroger sur ce qu’est une entreprise aujourd’hui, en mêlant les savoirs (économistes, gestionnaires)…Aujourd’hui, autrement dit, compte tenu de l’effet supposé disruptif de l’internet et des applications numériques qui en découlent. La représentation « Coasienne » de la firme aurait-elle vécu du fait de l’effondrement supposé des coûts de transaction ? Ou ceux-ci ont-ils plutôt changé de nature ? Jusqu’à quel point, l’entreprise, comme ilot au sein du marché, limitant les coûts de transaction par la coopération, serait mise à mal par les nouvelles possibilités de coordination et de transfert d’information que permet le Web ? Dans une économie en accélération continue, la réactivité en matière de positionnement produit, de modèle d’affaire, de capacité à mobiliser les actifs, devient le fondement de la productivité. L’agilité organisationnelle, tend ainsi à surclasser les enjeux d’économie d’échelle. Les structures s’ouvrent, mobilisant l’intelligence en interne et en externe. Elles se concurrencent tout autant qu’elles coopèrent. Les organisations s’aplatissent. Le pouvoir de marché ou de réseau est de moins en moins corrélé à la taille réelle de l’entreprise. Le concept de chaîne de valeur à la Porter, très structurant jusqu’ici, tend à éclater. La possibilité même de bâtir un avantage concurrentiel pérenne en agissant sur les leviers traditionnels tend à s’estomper. Mais jusqu’à quel point, l’entreprise est-elle remise en cause ? Nous essaierons ici, en balayant le vocabulaire qui fleurit de toute part (plateforme, industrie 4.0, écosysème de valeur, zéro marginal cost, ubérisation etc.) de cerner les nouveaux contours de l’entreprise.

Voir programme des journées de l'Économie

www.journeeseconomie.org/

Modifier le commentaire 

par admin pierre-brossolette le 09 nov. 2016 à 22:09

haut de page