Historique : Bienvenue

Historique du lycée

 

Le lycée Pierre Brossolette a été ouvert en septembre 1965, il regroupait alors 1100 élèves répartis de  la sixième à la terminale.

Plus tard le développement de Villeurbanne amenant  la création de plusieurs collèges alentour, le lycée a perdu son premier cycle et est devenu le lycée polyvalent qu'il est encore aujourd'hui. Lycée Municipal lors de sa création, il a été nationalisé le 18 octobre 1973 puis s’est transformé en Établissement Public Local d’Enseignement le 1er janvier 1986 en application de la loi de décentralisation.

Il accueille aujourd’hui près de mille lycéens et étudiants de la classe de seconde au BTS.

L’établissement qui va fêter en 2015 ses 50 ans sera reconstruit dans le cadre du réaménagement du quartier des Gratte Ciel  à une trentaine de mètres à l’ouest de son emplacement actuel. Le concours d’architecte passé, les travaux commenceront  en 2016.

 

Pierre Brossolette (1903-1944) Héros de la résistance

Pierre Brossolette : ce nom est devenu un symbole associé le plus souvent à la Résistance. Il personnifie pour toute une génération la lutte menée jusqu’au sacrifice ultime pour la liberté. De nos jours, rares sont ceux qui savent qui fut cet homme et quelles positions et initiatives il prît avant la seconde guerre mondiale pour comprendre son action pendant la Résistance.

Pierre Brossolette, l’homme  Né en 1903 à Paris dans un milieu enseignant, il fit de brillantes études universitaires (sorti 1er de Normale sup.). Agrégé d’histoire, il abandonna vite l’idée d’enseigner pour une carrière de journaliste.

Pierre Brossolette, le journaliste : Très vite il s’impose comme spécialiste de politique étrangère. De sensibilité socialiste, il dénonce sans relâche dans les années 30, les politiques de Hitler et de Mussolini au journal “Le Populaire” puis à “Radio-PTT”.

Pierre Brossolette, le résistant : Au début des hostilités, sa conduite lui vaut d’être décoré de la croix de guerre. Démobilisé en 1940, il achète, avec sa femme, une librairie qui servira de couverture à ses activités de résistant. Dès 1940, il participe à la rédaction de bulletins clandestins. Engagé dans les Forces Françaises Libres, il rejoint, en avril 1942, le Général De Gaulle à Londres. Durant cette période, il procède à l’inventaire de toutes les forces pour préparer la libération.

Pierre Brossolette, le héros : En février 1944, après une troisième mission sur le sol de France, il repart une fois de plus pour Londres, mais son bateau “Le Jouet des Flots” s’échoue et il est arrêté par la Feldgendarmerie. En mars 1944, sa véritable identité est découverte à cause de la mèche de cheveux blancs qu’il avait réussie à dissimuler jusqu’alors. Transféré dans les locaux de la Gestapo, à Paris, il prétend être un honnête représentant de commerce et s’obstine à nier sa véritable identité. Profitant d’un moment d’inattention de ses gardes, pour éviter d’avoir peut-être à parler sous la torture, il se jette par la fenêtre du 4ème étage. L’impossible fut tenté pour le maintenir en vie, mais il mourut dans la soirée du 22 mars 1944.

Il fut incinéré au cimetière du Père Lachaise en même temps qu’un autre résistant, et deux urnes furent scellées dans le columbarium, mais nul ne sait laquelle contient les cendres de Pierre Brossolette.

 

A l’entrée du lycée une plaque commémorative inaugurée le 18 avril 2014 à l’occasion du 70ème anniversaire de sa mort rappelle désormais aux lycéens et à tous les visiteurs la mémoire de ce héros.

Le 28 mai 2015 Pierre Brossolette est entré au Panthéon

 

Un petit livre réédité en mars 2014, en vente à l’intendance, retrace la vie de l’homme : 

 « Je suis … Pierre Brossolette » écrit par Jean Paul Chich- Éditions Jacques André.

Modifier le commentaire 

par admin pierre-brossolette le 25 févr. 2017 à 09:43

haut de page